Les Papotines

Un forum de copines pour papoter et râler
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 en général

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
corine



Cancer Messages : 20372
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 51
Localisation : ardèche

MessageSujet: en général    Jeu 19 Jan 2012 - 19:28


_______________ Manuel familial des médecines alternatives _______________
Un esprit sain dans un corps sain

Que prescrit l’homéopathe ?

L’homéopathie est une méthode thérapeutique qui consiste à soigner à l’aide de remèdes préparés premièrement à partir de sels métalliques, deuxièmement de substances animales et troisièmement de plantes.

Cela dit, quelle différence existe-t-il entre les préparations homéopathiques et les médicaments que le médecin traitant prescrit ? La différence réside en ce que les médicaments habituels agissent par voie chimique sur l’organisme, tandis que les produits homéopathiques le font de manière informative uniquement, c’est-à-dire sans intervenir sur le processus biochimique interne.
Je vais tenter d’expliquer ce que signifie “ agir de manière informative ”. Dans chaque médicament, par exemple dans le magnésium ou les préparations à base de calcium, se trouve une certaine dose de ces produits, disons un gramme. Tout le reste n’est que produit liant neutre. Dans les préparations homéopathiques fabriquées à partir d’un même produit, la substance active (p.e. le magnésium ou le calcium dans le magnesium phosphoricum ou le calcium carbonicum) n’est pas d’un gramme par pilule mais souvent d’une molécule seulement, tout le reste n’étant composé que de produit liant neutre.

Pas mal, n’est-ce pas ? Le médecin prescrit au patient une molécule trois fois par jour, avant les repas. Le plus intéressant toutefois est que dans un très grand nombre de cas, une seule et unique molécule est aussi efficace, voire parfois plus efficace qu’une dose élevée du même produit. La question se pose alors de savoir pourquoi les usines pharmaceutiques ne fabriquent-elles pas les médicaments sous forme de molécule ajoutée à un produit liant neutre, à la place de gaspiller en les compressant par gramme dans les pilules ? La réponse est que pour certains ça marche avec ceci, et pour d’autres avec cela.

Ce n’est pas seulement la dose qui différencie l’homéopathie de la pharmacologie. La destination des préparations diverge également dans une large mesure.

Prenons par exemple la caféine. Il est bien connu que la caféine ayant des propriétés stimulantes, il est déconseillé avant d’aller dormir de consommer du café ou autres produits contenant de la caféine, sinon nous n’arriverons pas à nous endormir avant un bon moment. Du moins c’est l’expérience que nous en avons au quotidien et aussi ce que la pharmacologie enseigne. En homéopathie, c’est justement l’inverse qui est vrai. Contre l’insomnie, on prescrit précisément de la caféine (naturellement en une dose homéopathique) qu’il faut ingérer avant d’aller se coucher. Et tout ceci n’a rien d’une absurdité, d’une “ logique tordue ”, mais se base sur le principe du père fondateur de l’homéopathie, Samuel Hahnemann – “ Similia similibus curantum ” – “ Soigner les semblables par les semblables ”. Si vous consultez un homéopathe pour une “ thyréotoxicose ”, celui-ci vous prescrira de l’iode, et si l’on vous y envoie pour les symptômes d’un empoisonnement par arsenic, le remède sera l’arsenic.

Pour un médecin généraliste, peu importe si le patient est bon ou méchant, quelle est la couleur de ses cheveux, s’il est ordonné ou non. Il prescrit des pilules contre la toux et au revoir. A contrario, l’homéopathe, avant de prescrire quoi que ce soit, se met sans condition “ à fouiller dans l’âme du patient ” et lui pose des questions “ idiotes ” : “ De quel tempérament êtes-vous, calme ou stressé ? ”, “ Arrivez-vous à vous calmer rapidement ? ”, “ Si vous vous fâchez avec votre conjoint, avez-vous tendance à casser des assiettes ou plutôt à garder votre colère en vous ? ”

Pourquoi de telles informations sont-elles nécessaires ? Puisqu’il existe aussi en homéopathie “ des dragées contre la toux ” : on les prescrit et le problème est résolu. Effectivement, il y en a, mais à vrai dire, les différentes préparations homéopathiques n’agissent pas uniformément sur les divers types de personnes. L’homéopathe choisit parmi les remèdes “ contre la toux ” celui qui est adapté à un malade donné, et non pas à tous ceux qui toussent.


Pourquoi l’homéopathie est-elle plus attrayante pour le patient ?


Premièrement parce que le malade ne prend pas de produits synthétiques qui lui “ empoisonnent ” le foie et l’organisme entier, mais des granulés sucrés inoffensifs. On ne sait s’il va guérir ou non, ce qui est sûr, c’est que cela ne nuit pas.

Deuxièmement, les produits homéopathiques sont généralement moins chers.

Troisièmement, les personnes qui vont consulter un homéopathe sont celles qui ont longuement été traitées en policlinique et sans résultat, qui ont déjà essayé tout l’arsenal de soins chimiques à disposition, et que la médecine “ officielle ” a désillusionnées.

Quatrièmement, et sans doute le plus fondamental : le cabinet de consultation d’un homéopathe n’évoque pas en nous les pensées hypochondriaques habituelles du genre “ je suis déjà un vieux malade, qui a besoin d’un traitement médical… ”, que nous provoque généralement la vue des policliniques. La médecine académique n’est qu’une allusion voilée de la mort. Face à cela, notre perception sur la prise de produits homéopathiques équivaut à une sorte de divertissement : des cachets vitaminés et des petites dragées inoffensives, et en plus utiles.


Pourquoi l’homéopathie est-elle plus attrayante pour le médecin ?

Pour travailler, l’homéopathe a uniquement besoin d’un stylo, de quelques feuilles de papier et d’une tête bien pensante. Pas besoin de cabinet spécial, la consultation pouvant aussi bien être poursuivie dans une cuisine ou sur le banc d’un parc. Une installation onéreuse n’est pas non plus nécessaire. Il ne doit pas avoir peur de prescrire un “ mauvais ” médicament, puisque cela ne peut faire aucun mal, il peut donc dormir tranquille.

Mais ce ne sont que des détails. Le plus important réside en ce que l’homéopathie est une activité extrêmement fascinante. L’homéopathe doit aussi être en même temps psychologue pratiquant. Bon, mais qui ne s’intéresse pas à la psychologie ? À proprement parler, chacun de nous est psychologue pratiquant. Nous procédons tous à la classification psychologique des uns et des autres au rang de “ intelligent ”, “ idiot ”, “ mufle ” (ce dernier relevant presque d’une catégorie astrologique) ou encore “ bon garçon ” (“ fils à sa maman ”), “ vraie femme ” (“ belle nana ”), “ sympa ”. L’homéopathe – au moment où il se casse la tête sur la destination du produit – fait à vrai dire la même chose que chacun de nous au quotidien, seulement dans une autre dimension. Aimeriez-vous savoir ce qu’une personne intelligente pense de vous ? Si vous n’avez pas peur de perdre vos propres illusions, allez voir un homéopathe. Dans les pages suivantes, vous pourrez trouver le nom des produits que l’homéopathe a pour habitude de prescrire. C’est-à-dire qu’en fonction du remède qu’il vous prescrit, il vous considère ainsi.

Les produits homéopathiques ne sont pas prescrits seulement sur la base de caractéristiques psychologiques, mais également de symptômes physiques. Il existe des “ petites billes ” purement constitutionnelles et psychologiques, comme par exemple le phosphore, la belladone ou le platine, d’autres purement symptomatiques, dans le sens stricte du terme. L’homéopathe n’établit pas un diagnostic, il traite les symptômes : maux de tête, toux, polyurie, etc.

Le traitement sans diagnostic est quelque chose de mystérieux. Du point de vue de la médecine conventionnelle, un non-sens. Selon une optique alternative, cela ne pose aucun problème dans la mesure où les “ petites billes ” n’agissent pas contre les maux de tête ou la toux, mais stimulent l’autorégulation de l’organisme, font disparaître la migraine, l’asthme et qui sait quoi d’autre encore. Voici le cas de Lilia :

“ On m’a traitée pendant sept ans pour une stérilité. Les médecins n’ont pas cessé de me prescrire des cures d’hormones et ont essayé à deux reprises une insémination artificielle, sans résultat. Désespérée, je suis allée chez un naturopathe qui a effectué un diagnostic de l’iris et m’a prescrit des produits homéopathiques. J’en ai pris pendant trois mois. À présent, je suis enceinte de trois mois et mon gynécologue dit que ma grossesse se passe parfaitement bien. ”

Depuis, Lilia a donné naissance à un beau petit garçon. La mère est heureuse et n’a maintenant plus besoin de la médecine naturelle. Fantastique ? Oui, mais pas pour l’homéopathe, parce que lui, c’est tous les jours qu’il rencontre les effets miraculeux des “ petites billes ”.

Qu’est-ce que la constitution homéopathique ?


Différents types de personnes y appartiennent, auxquelles se rapportent des facultés physiques et psychiques ainsi qu’une prédisposition à la maladie. Chacun de ces types porte le nom d’un produit homéopathique dont l’action sur lui est la plus efficace. C’est la raison pour laquelle l’homéopathe, alors qu’il examine le patient, s’emploie à “ conformer ” son profil à un produit. Il pose alors d’étranges questions, comme “ durant votre enfance, étiez-vous du genre à manger de la craie ? ”.

La constitution homéopathique coïncide parfois avec la classification de l’individu chez Leonhard, en étant toutefois bien plus variée. Elle englobe tous les types fondamentaux et complémentaires. Quant à savoir combien parmi ceux-ci le spécialiste en utilise – dix, trente, trois cents – tout dépend de la connaissance qu’il a accumulée à partir d’ouvrages spécialisés et de sa bonne mémoire.

Je vous présente ci-dessous en bref quelques données constitutionnelles (type psychologique) et pathogènes (symptômes de base) de produits homéopathiques, parmi lesquelles vous pourrez choisir ce que bon vous semble. Toujours est-il que les produits homéopathiques peuvent être achetés sans ordonnance.

Nitrate d’argent (Argentum nitricum)

Constitution : maigre, pâle, inquiet, toujours pressé, visage de martyre, neurasthénique. Ce genre de personnage, tout comme le Pinocchio sculpté dans le bois du conte italien, s’agite constamment et met tout sans dessus dessous. Ses paroles sont des flots de mots, son écriture est souvent illisible et il omet la ponctuation. Il est incapable de gérer son temps, il est en retard pour tout. Chez lui, c’est le désordre. Il ne sait où se trouve quoi, et cherche donc toujours quelque chose. Impatient, il est incapable d’attendre. Il adore les sucreries, mais ne peut pas les consommer en grande quantité.

État général : les maladies des personnes de type argent correspondent à leur caractère psychologique. Elles sont toutes d’“ origine nerveuse ”, comme l’affaiblissement, maux de têtes fréquents, étourdissements, différentes phobies, en premier lieu le vertige, polyurie “ due à la peur ”, diarrhée, maux d’estomac, asthme “ nerveux ”, maladies de la peau.

Indications : si vous appartenez à ce type de personne, vous pouvez changer votre état général en restant à l’air frais et en apprenant comment ne pas fixer votre attention sur des pensées “ effrayantes ”.


Platine (Platinium metallicum)
Constitution : le platine étant un métal précieux, les représentants de ce type – comme Margaret Thatcher – se comportent comme si eux-mêmes étaient des trésors sans égal. Ce sont des individus beaux et fiers, “ conscients de leurs valeurs ”, cruels et méprisant leur entourage. Si une femme de type platine n’est pas devenue une célébrité, elle souffre alors de mégalomanie, se prend pour une reine, sinon une princesse récusée qui regagne son trône “ sur le cadavre des autres ”. Pour elle, le mari – comme tous les autres hommes – n’est que de la petite monnaie : il est juste bon pour la servir. Toutes les personnes de son entourage sont insignifiantes et indignes d’elle. La femme platine est née pour rencontrer l’Homme, c’est-à-dire le vrai – le “ chevalier sur son cheval blanc ”, qu’elle échange tôt ou tard sans réfléchir pour un chevalier en Mercedes. Il n’existe personne ou presque qui pourrait satisfaire cette créature hyper-sexuelle. Si les caresses sexuelles lui provoquent un orgasme, l’acte en tant que tel lui fait perdre connaissance.

État général : il constate sa nature. Ses réactions hystériques fréquentes conduisent à des dépressions, maux de tête, hypochondrie, et ses vertus sexuelles à nombre de maladies gynécologiques.

Indications : il serait bon que les hommes suivent l’aphorisme suivant : “ Si une femme n’a pas raison, demande-lui pardon ”. Avec ceci, ils peuvent diminuer de moitié les crises d’hystérie de la femme “ platine ”.

Carbonate de calcium (Calcium carbonicum)
Constitution : de caractère droit, rassemblé, déterminé, prévisible, soigné, peu bavard, digne de confiance, persévérant, loyal, discipliné, concret et têtu. De tempérament calme. C’est un individu qui a le sens des responsabilités. Il ne renonce pas à ses principes : la victoire ou la mort. Il est de constitution logique, sentimentalement équilibré. Ses gestes sont réglés, sa démarche est militaire, il s’assoit assurément. Il n’est pas joyeux, mais n’est pas grincheux non plus. Il n’a guère de fantaisie, les tâches qui lui sont attribuées doivent lui être expliquées en détail, sans quoi il s’y perd. Il sait exactement ce qu’il veut. Il n’aime pas les changements. S’il fait quelque chose, c’est une valeur sûre, “ sans retour ”. C’est l’homme du travail monotone, il travaille facilement sur un tapis roulant. Enfant, il n’aimait pas les jeux bruyants. Il a peu d’amis, mais son amitié “ dure jusque dans la tombe ”.

État général : le calcium est l’élément constitutif des os. Le point faible de l’individu de type calcium est l’ossature. Il ressent habituellement des douleurs à la colonne et aux articulations, en plus d’être souvent touché par d’autres maladies telles que maux de tête, allergie, douleurs cardiaques, problèmes sexuels.

Indications : étant donné que ses os ne supportent pas l’humidité et le froid, il est préférable qu’en automne et en hiver cet individu s’habille bien, comme pour une excursion au Pôle Nord. En plus de cela, les soirs de pleine lune il ne doit planifier aucun travail intensif, car en cette période il n’est pas au mieux de sa forme.

Cuivre (Cuprum metallicum)
Constitution : les lecteurs se souviennent sûrement du champion du monde de boxe Mike Tyson, qui tantôt s’est retrouvé en prison pour violences sexuelles, tantôt sur le ring a mordu l’oreille de son adversaire dans le feu de l’action. Le cuivre est donc un personnage hargneux, rude, désagréable, renfermé, déséquilibré, qui dans sa colère noire broie tout ce qui lui tombe sous la main. L’individu de type cuivre n’aime pas que quelqu’un l’effleure, tout comme il ne supporte pas qu’on se tienne près de lui, et en général il n’aime pas côtoyer les autres. S’il n’a pas de signes distinctifs particuliers, en revanche sa hargne et son regard antipathique sont toujours représentatifs de sa personne.

État général : la nature irritée prédestine à un état général irrité. Chez l’“ homme de cuivre ”, les spasmes et les convulsions sont caractéristiques. Les spasmes bronchiaux déclenchent des convulsions asphyxiantes, les spasmes intestinaux des coliques, constipations et diarrhées, tandis que les spasmes vasculaires provoquent une hypertension et des maux de tête fréquents. Ces douleurs spasmodiques aiguës débutent soudainement et disparaissent comme elles sont apparues. Épilepsie, agitation nerveuse, bégayement, phobies, crampes dans les jambes le réveillant la nuit caractérisent cet individu malveillant.

Indications : si les représentants de type cuivre se comportent avec leur entourage de manière uniquement malveillante, ils s’aiment beaucoup eux-mêmes. C’est la raison pour laquelle le commandement de la bible “ Tu aimeras ton prochain comme toi-même ” serait pour eux le remède le plus efficace. Si l’on tente de forcer cet individu à garder le lit, cela ne fait qu’empirer son état général. La thérapie par le travail est bien plus utile dans son cas.

Natrium (Natrium muriaticum)

Constitution : le natrium muriaticum est appelé communément sel de cuisine. Les amoureux de cornichons et de harengs salés sont très sensibles, exaltés, susceptibles, pleurnichards, attentionnés et aimant leurs proches. En même temps, ils sont rancuniers : ils ne pardonnent jamais les offenses reçues, se souviennent de tout, vivent avec leur souvenir d’“ injustices ”, sont souvent pris de crises d’hystérie et ne supportent pas d’être consolés. Durant l’enfance, cette nature est souvent la cause de conflits avec les plus âgés.
Les personnes de type natrium sont aussi faibles mentalement que physiquement. Des poches sous les yeux et une peau moite les caractérisent.

État général : comment notre état général réagirait-il après avoir avalé plus d’un demi-verre de sel ? Nous aurions soif, puis mal à la tête, viendraient ensuite haut-le-cœur, vomissements, diarrhée. Si nous en avalions un verre entier, aux symptômes précédents s’ajouteraient des troubles du rythme cardiaque, asthme, anémie. Ces maladies sont caractéristiques de la personne “ salée ”. Ce type d’individu n’a aucun problème de conception. C’est justement la raison pour laquelle les homéopathes prescrivent des produits au natrium aux femmes qui “ ne peuvent pas ” tomber enceinte.

Indications : une position couchée sur le dos ainsi qu’une cure sudorifique améliorent leur état général.

Phosphore (Phosphorus)
Constitution : les lecteurs ont peut-être déjà eu l’occasion en cours de chimie d’allumer du phosphore. Si oui, vous vous souvenez sûrement combien cette vision était belle : une flambée soudaine, de magnifiques étincelles, une fumée se dissipant rapidement. Tel un feu d’artifices. La nature de ce type d’individu est similaire à cela : un humour espiègle, une bienveillance, une tendance sociable et expansive le caractérisent. Tout comme avec d’Artagnan ou Charlie Chaplin, on ne s’ennuie pas avec lui. Une personne de type phosphore est optimiste, regarde la vie du bon côté et a tendance à effectuer des actes et des sacrifices personnels sans réfléchir. Cet individu a beaucoup d’amis, qu’il aide volontiers à tout moment, et est prêt à sacrifier le matériel pour le spirituel. Il tire souvent des plans sur la comète et tombe facilement amoureux. C’est un grand acteur et un orateur de talent. Comme les enfants, il est incapable de rester assis à une place. C’est une personne sensible. Il attrape tout “ au vol ”, ravive les espoirs, mais ensuite, plus rien. Son manque de calme et son incapacité à effectuer un travail monotone ne lui permettent pas de faire les choses jusqu’au bout. Il ne tient pratiquement aucune de ses promesses. Il a un caractère impulsif et se fatigue.

État général : plus il s’enflamme, plus il s’épuise, se fatigue ou tombe en dépression. Parmi ses organes internes, ce sont ses os et ses poumons qui sont fragilisés. Il constate de fréquents saignements.

Indications : le sommeil et la tranquillité lui permettent de se ressourcer en énergie perdue et d’améliorer son état général.

Silice (Silicea terra)

Constitution : si vous-même, cher lecteur, êtes quelqu’un de craintif, peureux, inquiet, de tendance pleurnicharde, mais têtu, vous devez selon toute probabilité appartenir au “ type silicium ”. Chétifs, rachitiques, les jambes arquées, le visage affichant une expression de souffrance, les “ enfants silicium ” sont reconnaissables de loin. La surface de leur peau mince est striée de griffures multiples qui ont du mal à cicatriser. Ces enfants sont émotionnellement abattus, quel que soit l’entourage au milieu duquel ils évoluent, ils sont assis en bout de table ou dans un coin et sucent silencieusement leur pouce afin de satisfaire leur insatiable faim. Ils luttent péniblement avec les matières de l’enseignement. À l’âge adulte, le type silicium compense son complexe d’infériorité et ses faiblesses intellectuelles par une capacité de travail et une résistance incroyables. S’il a décidé quelque chose, il le fera “ même sur les genoux ”. Il n’a pas beaucoup de force, mais son application obstinée lui permet d’en faire plus que quiconque. En pratique, personne ne peut dire non à ce “ tank obligeant ”, c’est pourquoi le “ silicium ” est irremplaçable là où par exemple quelque chose doit être obtenu. Au final, le type silicium n’est pas une figure négative. Un individu courtois, optimiste, qui voit toujours le bout du tunnel.

État général : l’énorme capacité de travail fatigue assez vite physiquement et mentalement les personnes de type silicium. À défaut de cela, elles pourraient renverser les pôles de la Terre. L’autre particularité de leur habitus réside dans leur immunité faible. Ces individus sont prédisposés au rhume et sans cesse aux sinusites, aux otites et aux pneumonies. Ils sont souvent couverts de pustules. Toutes ces maladies traînent et ils guérissent difficilement. À partir de 25 ans, leur capacité de défense se normalise de manière relative, sans pour autant atteindre un niveau normal. Les individus de type silicium tombent souvent malade.

Indications : afin de ne pas tomber malade aussi souvent, les personnes de type silicium doivent éviter le froid, le travail trop intellectuel, ainsi que les longs voyages. Leur état général s’améliore immédiatement dès qu’ils sont au chaud.

Soufre (Sulfur)

Constitution : l’individu “ sulfureux ” est un personnage à multiples facettes. D’extérieur, il est gros, négligé et dégage une odeur de transpiration. Chez lui règne un grand désordre, il ramène tout et ne jette rien. Toutefois, ce que les autres voient comme un désordre est la norme de vie du “ soufre ” : il sait où chaque chose se trouve. Ce personnage volubile, impatient et acariâtre est d’un égoïsme sans fin. Il ne se préoccupe aucunement du regard des autres, seulement de lui-même – de ses propres réflexions, passe-temps. Heureux, malheureux, il se voit prêter des choses, mais ne rend jamais rien. Tout comme l’idée que peut-être lui aussi pourrait aider les autres ne lui traverse jamais l’esprit. Le type “ soufre ” est particulièrement avide et mesquin. Il est près de ses sous, mais s’il s’agit de s’acheter une voiture, celle-ci doit alors être la meilleure. L’“ enfant soufre ” est la croix de ses parents : il a perpétuellement faim et crie toute la nuit. Il obtient régulièrement la juste moyenne à l’école. Vous voulez savoir pourquoi ? Du fait de sa grande intelligence. Pour lui, ce que l’on enseigne est ennuyeux. Et quand il sera grand, il deviendra, on ne sait comment, une personne dotée d’une extraordinaire connaissance. Cela signifie simplement que les “ personnes de soufre ” ont une capacité extrêmement développée à retenir l’essentiel. Si à cela s’ajoute une grande capacité de travail, il ne leur semble alors pas trop difficile – comme à des Mendeleïev, Karl Marx, Balzac, Einstein – de faire des découvertes scientifiques, ouvrir de nouveaux horizons scientifiques ou encore créer des œuvres artistiques. Ce type est presque toujours en train de travailler la nuit, ne se ménage pas et parvient rarement à un âge avancé.

État général : une personnalité à multiples facettes s’accorde avec un grand nombre de maladies. Si l’homéopathe ne sait quoi lui prescrire, il penche toujours pour le sulfure.

Indications : par temps mauvais, la personne de type soufre doit rester chez elle ; cependant par temps chaud et sec, elle doit sans condition aller se promener à l’air libre.

Arsenic (Arsenicum album)

Constitution : celle-ci correspond au caractère pédant de la classification léonhardienne. Le “ type arsenic ” est un individu ordonné. Chez lui, tout est à sa place. Si nous lui fixons un rendez-vous, nous pouvons être certains de ne pas le voir arriver en retard d’une seule minute. Si en revanche c’est nous qui sommes en retard, l’“ arsenic ” ne va pas s’énerver en faisant les cent pas devant l’horloge, mais – pour ne pas perdre son “ temps précieux ” – prendra un livre et commencera à en souligner des parties. Afin d’“ occuper son temps libre ”, cet individu se trouve forcément un hobby. On peut même être sûr qu’il s’y plongera profondément. Les personnes de type arsenic sont habituellement des collectionneurs disposant d’un excellent goût. Mais si l’un de ces collectionneurs a “ pour hobby ” sa propre santé, je n’envie pas son médecin traitant. Ce genre de personne, qui lit toute la littérature spécialisée et relative à la maladie, arrive en consultation et harcèle le médecin de questions sur ce qui n’a pas encore été découvert chez lui.

État général : l’individu de type pédant a souvent des maladies de la peau conduisant à des démangeaisons et des brûlures, ainsi que des inflammations de la membrane muqueuse du tube digestif. Il souffrira toute sa vie de gastrite, colite, cholécystite ou d’hémorroïdes. Bien entendu, cela ne signifie pas qu’il est à l’abri de l’asthme bronchial, d’une angine de poitrine ou du diabète.

Indications : si une personne est toujours précise et à l’heure, elle peut se libérer d’un grand nombre de problèmes si elle s’habitue à aller se coucher avant minuit. Elle doit éviter le froid et absolument commencer à faire du sport.

Mercure (Mercurius solubilis)
Constitution : l’individu de type mercure ressemble à l’image que nous avons du personnage de l’avare chez Molière : un être détestable, égoïste, irascible, éternellement insatisfait. Son haleine et son corps sentent mauvais, tout en lui est “ suppurant ” et désagréable. Une discussion avec lui provoque à la fin en nous l’envie de nous laver et de faire disparaître de notre aura les impuretés énergétiques que l’individu de mercure “ nous a jetés dessus ”.

État général : au caractère “ suppurant ” s’allient des maladies suppurantes. Il s’est à peine débarrassé d’un foyer de congestion, que son organisme voit apparaître une nouvelle inflammation, que ce soit les amygdales ou l’une des articulations, un ganglion qui s’enflamme ou son foie. Sa muqueuse gonfle, il devient hémophile, ses dents se déchaussent.

Indications : le “ type mercure ” doit s’habituer à se coucher tôt, particulièrement l’hiver, étant donné que les maladies l’importunent principalement le soir, la nuit et par temps humide, tandis que le matin son état général est bien meilleur.

Voici à présent quelques notions de produits homéopathiques d’origine végétale :


Belladonna

Constitution : la “ donna ” blond clair est une beauté légèrement enveloppée. Ses yeux sont comme deux points d’océan bleu azur, avec d’énormes pupilles. Sa peau est douce et sensible. Bref, c’est Marilyn Monroe ou le rêve de presque tous les hommes méridionaux. Soit dit en passant, l’homme de type nordique ne passe pas à côté de cette précieuse dame au physique d’actrice sans la remarquer. Ceci étant, il est beaucoup plus facile de faire leur connaissance qu’on ne le penserait. Les “ belladonna ” ont une nature érotique et vivante, sont ouvertes et disposent d’une imagination fertile. Elles réagissent sensiblement aux impulsions : elles tressautent au moindre bruit, supportent mal les voyages, la lumière forte, les parfums prononcés. En l’espace d’une journée, leur humeur change autant de fois que le temps en un mois.

État général : chez ces merveilleuses beautés, ce ne sont pas seulement les romances amoureuses qui défilent avec une vitesse fulgurante, les maladies aussi. Si un jour elles sont victimes d’une angine, d’un rhume ou d’une bronchite, il est alors certain que leurs réactions s’intensifient : leur fièvre grimpe, elles sont trempées de sueur et ont des convulsions. Il va également de soi que ces fragiles créatures ont souvent des maux de tête, des vertiges, des névralgies. Il est fréquent de constater chez elles une tension artérielle “ capricante ”, des saignements intra-utérins et de l’insomnie.

Indications : cela fera du bien à la “ belladonna ” de lui faire prendre l’air, puis de la border dans un lit bien chaud, d’éteindre la lumière et de la laisser un moment seule dans la chambre silencieuse.


Fève de Saint-Ignace (Ignatia amara)
Constitution : d’après mon expérience, c’est le type le plus répandu en Hongrie. Sa caractéristique consiste en une tension intérieure mentalement non-transformée. Ce genre de femmes sont fières et sûres d’elles. Elles réagissent de manière intense sous l’effet du stress. Elles ne maîtrisent pas leur moi intérieur, mais affichent un calme extérieur. Leur système nerveux ressemble à une corde d’arc tendue à l’extrême : il ne manque pas beaucoup pour qu’elle lâche. Mais lorsqu’il n’existe plus aucun endroit pour cacher les douleurs et tensions accumulées, les conséquences inévitables sont la crise, le divorce, voire le suicide. Bien que le fond du problème soit le stress, l’“ Ignace ” est néanmoins incapable de pleurer sur l’épaule de quelqu’un. Au mieux c’est quand elle est toute seule, mais uniquement à ce moment-là naturellement, qu’elle se laisse aller à verser des larmes. Elle veut régler seule ses problèmes. Jalouse, elle vit les reproches comme une tragédie.

État général : de manière similaire au cuivre, les “ Ignatia ” maigres et aux cheveux foncés souffrent de spasmes, non pas causés par la colère, mais par une tension intérieure mentalement non-transformée. Son introversion peut se caractériser par ce qui suit : affaiblissement général, maux de tête, sensation d’avoir une “ boule à la gorge ”, douleurs cardiaques, ulcère à l’estomac, insomnie, fibromes de nature bénigne.

Indications : si vous possédez un tel habitus mental, mais que vous ne pouvez vous libérer de vos “ saletés ” mentales en présence d’autres personnes, vous devez alors le faire seul. Si vous devez pleurer, faites-le. Dites à voix haute tout ce que vous avez accumulé mentalement. Encadrez la photo de votre offenseur et jetez-la contre le mur. Arrêtez-vous de fumer. Ne vous dissimulez pas derrière une apparence calme : cela n’aide d’aucune façon.

Lycopode (Lycopodium clavatum)

Constitution : les employés de bureau appartiennent à cette catégorie. Ils possèdent une constitution raide et efflanquée, une faible musculature, un visage pâle, ridé, affichant une tristesse acrimonieuse, vieillissant avant l’heure. Ce sont des personnes dépourvues d’humour et de sensibilité. Léon Tolstoï avait doté le mari d’Anna Karenine de cette nature.

État général : sa nature mentalement bilieuse le prédispose à des problèmes liés à la bile : hépatite, calculs biliaires, gastro-entérite, constipation, hémorroïdes. Tout comme de fréquents calculs rénaux, rhume chronique et eczéma.

Indications : l’état général du “ lycopode ” peut s’améliorer s’il prend l’habitude de faire, bien habillé, de longues promenades en soirée.

Noix vomique (Nux vomica)
Constitution : le type “ nux vomica ” ressemble à un dictateur. De tempérament agressif, dominant, les représentants typiques en sont Otello, Mussolini, Staline, Ieltsine. Le visage rond et gris, le ventre bombé, le col ouvert, le regard indolent. Il aime donner des ordres, crier, “ exercer la pression ”. Il se considère comme un chef, même s’il n’est qu’un simple gardien d’immeuble. Il est constamment agité, impatient. Il s’assoit les jambes écartées et regarde les gens comme un boa rassasié : “ je te mangerais bien, mais ce n’est pas encore le moment ”. Il est terriblement jaloux. Il aime les plats épicés et peut boire beaucoup d’alcool. L’alcool le fait souffrir, mais il ne peut imaginer sa vie sans. Il adore pique-niquer, là où il peut lui-même faire cuire ses côtelettes. En général, c’est un couche-tard.

État général : à un patient de type noix vomique, l’homéopathe peut franchement poser la question suivante : “ est-ce tous les deux jours ou tous les cinq jours que vous êtes constipé ? ”, sans pour autant émettre des doutes quant au fait que ledit patient souffre de colique, de haut-le-cœur, de vomissements, de pression au niveau du foie. Les autres caractéristiques sont : maux de tête, hypertension, douleurs articulaires, insomnie, tremblements des membres ou de la tête, dépression, alcoolisme, sexualité doublée de problèmes d’érection et chez les femmes règles irrégulières.

Indications : pour ce genre de personne il est préférable d’effectuer un travail qui ne nécessite pas de se lever tôt, d’observer une alimentation saine et régulière, ainsi que bien mastiquer la nourriture. L’état de ce type d’individu est en général pire en fin de matinée et juste après manger, à cause du sentiment d’irritation puis d’“ être plein ”.


Pulsatile (Pulsatilla)

homeo-pulsat.gif (2520 bytes) Constitution : le “ type pulsatile ” est féminin, son visage est joufflu, ses mouvements gracieux, élégants, sa peau est délicate et sa nature douce. Les qualités fondamentales d’une telle personne se distinguent de tous les autres types homéopathiques : elle requiert une chaleur affective, des cajoleries, un soutien, de l’attention et du réconfort ; elle s’emploie à répondre par une certaine bonté sincère. Elle ressemble à une généreuse nounou. D’emblée elle se veut bonne et gentille avec tout le monde, il est facile d’échanger des mots avec elle, au pire elle se tait pour ne blesser personne. Elle s’excuse ou demande l’autorisation pour tout. Ses caractéristiques sont douceur, nature paisible, timidité, tendresse, mélancolie, susceptibilité, compassion. Elle a pitié de tout le monde, comme d’elle-même. Les feuilletons télévisés du genre soap opéra la font pleurer. La fillette est une petite ménagère, le garçon aime faire des bisous. Enfants ou à l’âge adulte, ils sont pareillement sensibles aux critiques. Le moindre compliment les rend heureux, mais une seule petite remarque leur fait monter les larmes aux yeux. Ils ont toujours peur d’avoir mal fait quelque chose.

État général : leur bonne santé se voit souvent troublée par des problèmes gynécologiques, endocriniens et de tension artérielle à caractère végétatif, ainsi que divers troubles digestifs. Cette personne est de type frileux. Elle prend souvent froid, attrape des bronchites ou autres maladies inflammatoires, quand les autres dans un même environnement restent en bonne santé.

Indications : si vous êtes “ pulsatile ”, n’ayez pas peur de consulter un naturopathe. Votre nature douce et bienveillante permettra d’atteindre rapidement de bons résultats quelle que soit la méthode alternative utilisée.


Herbe aux poux (Stafisagria)

Constitution : les caractéristiques d’une telle personne résident en ce qu’elle est perpétuellement insatisfaite de tout, irascible, colérique et susceptible. Enfant, c’est quelqu’un de détestable, qui hurle, trépigne, casse tout, se tape la tête contre le mur, et qui “ extorque ” tout ce qu’il veut à ses parents. Adulte, cette personne n’est pas mieux : elle n’arrête pas de se disputer, avec ou sans raison elle est toujours prête à s’emporter. Elle ne cesse de pleurnicher et de se plaindre. Même si elle a trois armoires pleines de vêtements, “ elle n’a jamais rien à se mettre ”. Son mari a beau se mettre en quatre pour elle, il reste un “ pitoyable mendiant ”, incapable de faire en sorte que Rockefeller soit son secrétaire personnel.

État général : il correspond entièrement à ce qui figure ci-dessus. Si par hasard cette personne doit maîtriser ses impulsions, elle accusera d’affaiblissement, de lassitude, de maux de tête, de dépression, elle sera d’humeur à ne rien faire, sauf fainéanter et menacer son entourage d’idées suicidaires. Fréquente est l’apparition chez elle d’eczéma “ d’origine nerveuse ”, de nausées et de diabète.

Indications : ces personnes doivent manger souvent et peu. Si elles mangent d’un seul coup, leur état général se dégrade. Il est dangereux qu’elles “ regardent le cul de la bouteille ”, car elles deviennent facilement dépendantes de l’alcool. Leur nervosité disparaît si elles prennent un bain ou se couchent un moment dans leur lit chaud et douillet.

Pour finir, je vous présente ci-dessous une préparation qui n’est d’origine ni minérale ni végétale, mais faite à partir de quelque chose d’exotique.


Venin de serpent (Lachesis muta)

Constitution : une morsure de serpent provoque souvent des réactions extrêmes. Tout comme par exemple un discours ininterrompu dont le thème varie constamment. Lénine, Hitler ou Fidel Castro sont des “ hommes-venin de serpent ” typiques. Ces individus sont d’une part loquaces, hypersensibles, apparemment ouverts, et d’autre part orgueilleux, jaloux, aux idées délirantes, de type “ piquant ”. Ils sont facilement entraînants, hypnotisent véritablement leurs auditeurs avec une montagne d’inepties et leur style désarmant.

État général : une fois dans le sang, le venin de serpent provoque une inflammation des organes internes, des épanchements de sang et une septicémie. Durant toute sa vie, l’individu de type venin de serpent rencontre fréquemment de telles maladies.

Indications : les symptômes typiques des “ individus venin de serpent ” s’accroissent sous l’effet des rayons de soleil, de la chaleur et de l’alcool. Il leur est donc conseillé de les éviter. Il leur est plutôt préconisé de rester à l’air frais, lequel fait diminuer lesdits symptômes.

Amis lecteurs, vous êtes à présent en mesure de vous figurer plus ou moins sur quels types de constitution mentale se fonde l’homéopathe pour déterminer les caractéristiques d’un patient – ou plutôt les médicaments qui lui sont nécessaires. Ce n’est pas surprenant s’il est le naturopathe le plus populaire et que sa méthode soit la reine de la médecine naturelle.

Dr Alexandre Strasny
_______________ Manuel familial des médecines alternatives _______________
Un esprit sain dans un corps sain

_________________
Revenir en haut Aller en bas
karod41



Taureau Messages : 12622
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 43
Localisation : Loir et Cher

MessageSujet: Re: en général    Jeu 19 Jan 2012 - 19:58

mais c'est un roman que tu écris ou bien tu fais un copié collé enfin j'espère pour toi lol!
Revenir en haut Aller en bas
corine



Cancer Messages : 20372
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 51
Localisation : ardèche

MessageSujet: Re: en général    Ven 20 Jan 2012 - 6:48

là, copié collé ... histoire de mettre un peu d'humour dans le sujet Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: en général    

Revenir en haut Aller en bas
 
en général
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Papotines :: LE JARDIN MEDICINAL DE CORINE :: L'homéopathie-
Sauter vers: